Le vol de données de plus de 500 000 personnes dans les serveurs du CICR relance l’idée d’une implication technologique de la Suisse pour aider les ONG dont elle abrite le siège. Par exemple avec un cloud lancé en Suisse